15 49.0138 8.38624 1 0 4000 1 https://cyriacgbogou.ci 300
950X264
950X264-1

Indépendants, le sommes-nous vraiment?

Une question m’a beaucoup fait réfléchir ce dimanche 22 décembre 2013 lors du sermon a l’église:  » Indépendants, le sommes-nous vraiment? » Le prédicateur faisait allusion aux chrétiens qui après avoir été sauvés retournaient encore pour être esclaves du diable malgré le fait que Jésus ait payé du prix de son sang leur rédemption. 

Cela m’a automatiquement ramené a la triste période vécue par nos ancêtres, lorsque du prix de leur sang ils cherchaient à être libres ou simplement indépendants.

LIBERTÉ, sept lettres qui à elles seules, regroupent lutte, espoir et changement. Liberté, mot certes simple mais plein de sens. Pour mieux le comprendre, faites un tour en prison ou discuter avec un prisonnier. Après ce contact, votre perception de la notion de « liberté » changera et vous apprécierez mieux la chance que nous avons d’être des personnes libres. Pendant que j’écris ces lignes, j’imagine le sentiment de joie que pouvaient ressentir les esclaves à l’annonce de l’abolition de l’esclavage. 

FriendsOfNegroEmancipation

Gravure célébrant l’abolition de l’esclavage dans l’empire britannique via Wikipédia

INDÉPENDANCE, sa seule mention était un argument de mise a mort ou d’emprisonnement lors de la période coloniale en Afrique.

Combien de villages n’ont-ils pas été rayés de la carte à cause des aspirations différentes de ses habitants vis a vis du pouvoir en place?

Combien de guerriers comme Samory Toure ou Behanzin ne se sont pas vus humiliés par les colonisateurs?

Combien de leaders africains comme Lumumba ou Sankara n’ont pas été tués pour des intérêts politiques?

Alors pourquoi après tant de lutte, j’ai l’impression que nous passons et repassons à la case départ comme au monopoly?

Pourquoi malgré tant d’effort pour accéder au changement, nous sommes encore au statu quo? 

C’est comme-ci tous ces moments de pleurs et de douleurs qu’ont connu certains peuples africains étaient vains.

Ce qui m’a convaincu que le « MAZOYA » est un concept purement africain car amoureux de la souffrance. Il suffit de jeter un regard très critique sur les pays africains ayant plus de 50 ans d’indépendance. Le bilan d’évolution, voire de développement qui s’y dégagera vous permettra de mieux répondre a la question du jour:  » Indépendants, le sommes-nous vraiment? »

50_ans_d_independance

Crédit photo: William Rasoanaivo

Sur ce, je laisse chacun de nous se faire sa propre opinion et puisse le commentaire de chacun enrichir cet article.

Merci à Melissa Gueï pour la correction.

Vous pouvez la lire sur : http://melisenmele.centerblog.net/

*Mazoya : concept purement ivoirien ayant vu le jour grâce à la prestation souvent décevante de l’équipe de football de la Côte d’Ivoire.

 

Share:
PREVIOUS POST
L’Ambassadeur Américain Terence McCulley Visite Radio Fréquence Vie et Radio Espoir.
NEXT POST
Opportunités: Programme destiné aux jeunes journalistes

0 Comment

LEAVE A REPLY