15 49.0138 8.38624 1 0 4000 1 https://cyriacgbogou.ci 300
950X264
950X264-1

Côte d’Ivoire : #StopEbola, une musique en Creative Commons pour sensibiliser contre la maladie.

Depuis quelques mois, l’Afrique de l’Ouest est frappé par l’épidémie de la fièvre Ebola.
Ainsi chaque pays ayant une frontière avec un des 4 pays (Guinée, Libéria, Sierra-Leone et le Nigéria) touchés par cette pandémie font tout leur possible pour ne pas que le virus ne puisse accéder à leur territoire.

C’est le cas de la Côte d’Ivoire qui depuis quelques semaines a mis sur pied une véritable campagne de prévention passant même par la mise ne ligne d’un site web dédié.

Emboîtant le pas aux autorités ivoiriennes, les citoyens n’ont pas voulu restés en marge de cette sensibilisation car se sentant le plus concernés  : « le gouvernement ne peut pas tout faire ou aller partout, alors que nous le pouvons ».

Pour joindre l’acte à la parole, les citoyens dans un premier temps ont commencé à s’envoyer des SMS car trouvant que les opérateurs de téléphonies mobiles ne le faisaient pas. Ensuite en relayant des messages sur les réseaux sociaux allant même à remplacer leur photo de couverture et celui de profil par les images suivantes.

Stop_Ebola profil

Stop_Ebola

Capture écran image du kit de « Prevention-Ebola »

Aujourd’hui, c’est un autre projet qui a pris forme. Cette fois en musique pour sensibiliser sur la maladie. Initié par le blogueur Israel Yoroba, #StopEbola car c’est de cela qu’il s’agit, a été mis en boite en seulement une nuit. Après, c’est au tournage du clip de suivre puis le montage, le tout en l’espace de 3 jours (Musique + tournage de Clip + Montage).
Sachant que les artistes de son pays souffrent du fléau de la piraterie, Israël met l’œuvre « #StopEbola » en licence creative commons Share Alike (CC-BY-SA). Pour information, c’est la même licence utilisé pour le projet Wikipédia.
Le choix de cette licence permet ainsi à tout le monde de copier, distribuer, remixer, modifier, réutiliser, voire même vendre l’œuvre à condition de le faire dans les mêmes conditions de partage tout en citant le père de  l’œuvre.  
Cette licence permet d’éviter toute reproduction illégale de cette musique car comme le dit l’adage : « on ne peut voler ce qui est donné gratuitement ».

Par cet acte, une véritable leçon de citoyenneté est donnée :

– Chaque citoyen devient un acteur du développement de son territoire (#QuandTuPeuxTuPeux)
– Nous devons tous sortir du cercle de la piraterie qui contribue à la mort de nos artistes en faisant la promotion des licences libres de droit.

Cet article ne saurait terminer sans lancer des appels :
– Premièrement à nos autorités : S’il vous plaît faites quelque chose contre la piraterie car ce matin, c’est avec un pincement au coeur que j’ai vu le nouveau CD de Ismael Isaac exposé au grand carrefour de Koumassi sans être inquiétées de représailles


– Deuxièmement aux médias : S’il vous plait, aidez-nous à passer le message en passant cette musique gratuitement sur vos télévisions, radios, site internet, etc.
– Troisièmement aux maquis et coins chauds du pays : Si vous jouez cette musique en boucle dans vos espaces là même ça fait quoi (lol) car la lutte contre Ebola là doit être notre l’affaire de tous sinon nous risquons d’être tous dans affaire « deh ».

Quand à nous les citoyens, partageons ce message autour de nous sans risque d’être contaminer car c’est une musique faite par des citoyens et pour des citoyens.

Pour clore cet article, je nous laisse avec ce merveilleux conseil de Monsieur Florent Youzan :
« sachez que cette musique est en téléchargement libre. Vous pouvez la télécharger, la partager via les réseaux sociaux ou par bluetooth, la graver sur un CD et en faire cadeau ».

Pour télécharger toute la chanson en MP3 CLIQUEZ ICI

Pour avoir la version « sonnerie de portable » CLIQUEZ ICI

Voici le Clip sous Licence CC BY-SA

Paroles & Musique : Israël Yoroba
Prise de vue : Jacques Kouao
Réalisation : Sigognak
Production : E-Voir Prod

Share:
PREVIOUS POST
Quand Google nous trace plus facilement que la NSA, avec notre accord.
NEXT POST
Connaissez-vous l’histoire du #MonkeySelfie?

0 Comment

LEAVE A REPLY